ANMONM

Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite

Le mot du Président


Allocution du Président Michel DIAZ
lors de l'Assemblée Générale de la Section 81 de l'ANMONM
le dimanche 6 avril 2014

Chers Compagnons, Cher(e)s Ami(e)s,

Les buts de notre association, partagés par tous nos adhérents, se caractérisent par la richesse tissée généreusement au service des autres : le prestige de l'Ordre, la solidarité, l'entraide et le désir commun de conserver l'indépendance et la liberté de jugement et d'action sans jamais solliciter la moindre subvention des pouvoirs publics.

Comme tous les chemins, les paysages évoluent avec le temps, à une époque marquée par l'individualisme, par une crise des valeurs (civiles et morales), nous devons porter une attention particulière à ceux qui seront les citoyens de demain.

Notre jeunesse doit comprendre que le civisme reste l'affaire de chacun, c'est le respect du contrat que tout homme signe avec la société, dès qu'il vient au monde : celui de ses devoirs et de ses droits.

L'un de ces devoirs est de veiller au RESPECT des symboles intangibles de notre nation que sont le drapeau tricolore et l'hymne national. Comment ne pas être triste et révolté quand ils sont outragés !

Nous savons tous que l'éducation est un symbole essentiel, d'abord, tout simplement, parce qu'éduquer (c'est à dire élever), est le devoir naturel de tout homme et de toute société à l'égard de ses enfants. Ensuite, parce que les sociétés modernes trouvent dans l'éducation des ressorts profonds de leur cohésion.L'école est là pour apprendre au sens le plus large, le fonctionnement de nos institutions, mais aussi, «l'éducation civile», la transmission des valeurs, des références qui font la force de notre pays. Les parents doivent soutenir les efforts d'autorité des enseignants qu'il faut protéger en sanctionnant les incivilités en tout genre.

Il n'est pas interdit d'interdire, mais il est interdit de pratiquer le laxisme.

Pourquoi l'école serait-elle civique si la société ne l'est pas ?

Il serait bon de retrouver les mots «oubliés» : « Bonjour - Merci - S'il vous plaît », enfin le respect de la politesse des uns envers les autres !

S'il est bon que le passé nous éclaire pour vivre, le présent nous aide à préparer l'avenir.

M'adressant aux élèves du lycée d'Albi, en juin 2007, je leur ai transmis le message suivant :

« Soyez à l'écoute de vos éducateurs qui vous transmettent leur savoir et leur expérience, afin d'aplanir les écueils que notre civilisation vous réserve.

Notre monde évolue dans un contexte où tout est matière à déception, abandon ; il est de notre devoir et du votre de défendre les droits de survie, de bonheur, de liberté, les droits au respect et à l'épanouissement, sans oublier le droit à l'emploi.

Vous devez apprendre ce que sont : la liberté, l'égalité, la civilité et l'importance de la solidarité.

Vous serez libres si vous comprenez que courage et sens du devoir sont les deux conditions de la croissance et de la progression qui ont besoin l'une de l'autre comme l'écorce a besoin de la sève pour élever plus haut un arbre sain et vigoureux

M'adressant à vous tous, je vous demande de vous tourner vers les jeunes, d'attirer leur attention sur ce qui est merveilleux et positif. Dites-leur qu'ils ne sont ni meilleurs ni pires qu'en d'autres temps. Sachez les accueillir, les écouter, les aider et les encourager. Faites-leur comprendre que la vie est faite de joies et de peines et que le respect des autres passe par le respect de soi-même.

EN CONCLUSION, C'EST DE L'EFFORT QUE NAIT LA RÉUSSITE.

C'EST LA RÉUSSITE QUI RENFORCE LE GOÛT DE L'EFFORT.

Michel DIAZ
Président de la Section 81 de l'ANMONM

Albi le, 6 avril 2014

+=+=+=+=+

Rappel historique

L'Ordre du Mérite

C'est en 1757 que Louis XV crée l'Institution du Mérite militaire, jumelée à l'Ordre de Saint Louis et destinée à reconnaître les faits d'armes accomplis par de très nombreux officiers étrangers (protestants pour la plupart) servant les armées du Roi.

Le bleu fut pour ces derniers la couleur de leur ruban alors que le rouge, couleur du ruban de Saint Louis, fut réservé aux catholiques.

En 1802 fut créé l'Ordre de la Légion d'Honneur avec son ruban rouge.

En 1811, au sommet de sa puissance, Napoléon 1er fondait l'Ordre de la Réunion pour récompenser les services civils et militaires rendus à l'Empire par des français ou des étrangers. Très vite les plus hautes personnalités tinrent à l'honneur de recevoir ce ruban bleu.

Les Mérites créés par Louis XV et l'Ordre de la Réunion créé par Napoléon ne survécurent pas à la chute de l'ancien régime et à la chute de l'Aigle.

150 ans après, le Général De Gaulle (03/12/1963) s'inspira directement de la double tradition royale et impériale pour doter enfin la France d'un second Ordre d'envergure nationale. Fidèle à cette même tradition le fondateur de l'Ordre National du Mérite choisit la couleur bleue.

Trois grades : Chevalier, Officier, Commandeur et deux dignités : Grand Officier et Grand Croix.
Le contingent est fixé par le Grand Maître de l'Ordre.

L'Ordre National du Mérite a pour but de reconnaitre les mérites d'hommes et de femmes ayant consacré leurs capacités d'intelligence, de dévouement et de persévérante énergie au service de la communauté nationale.

Le Président de la République est Grand Maître de l'Ordre. Le Grand Chancelier de la Légion d'honneur, Chancelier de l'Ordre National du Mérite est actuellement le Général d'Armée Jean-Louis Georgelin.

L'Association nationale des membres de l'Ordre National du Mérite

Créée en 1974. Présidée actuellement par Jean-Claude Talbert, elle rassemble 37000 membres. Son siège se trouve à l'Hôtel des Invalides.

Président(e) de la section

M. Joseph ALETTI